Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

Cent millions d'années et un jour de Jean-Baptiste Andrea : sur le rebord du monde et de l'âme

Conquise il y a deux ans par Ma reine, j'attendais avec grande impatience le retour de Jean-Baptiste Andrea dans le paysage littéraire. Et le voici, Cent millions d'années et un jour. Un titre comme une promesse.
Jean-Baptiste Andrea est de ces auteurs, je peux l'affirmer désormais, qui possède ce talent de nous transporter, dès les premières pages, dans des paysages éclatants. Emplis de couleurs, de lumières, d'obscurité. Il porte un regard sur le monde, sur la Terre digne des auteurs américains. Sans caméra, juste avec la puissance de ses mots, en saisissant les détails les plus infimes, ceux qui pourraient échapper à nos regards citadins. Mais ici, point de grandes étendues américaines. Nous sommes en France ou plutôt à la frontière entre la France et l'Italie. Point de grandes étendues mais des montagnes hostiles. Des pics aiguisés. Des verticalités vertigineuses. Un lieu où « résonne la présence du diable ». Où la beauté se mue. Tue.  Le lieu d'une quête …

Derniers articles

Le bus de Mélanie Richoz : laisse-moi être femme

Matador Yankee de Jean-Baptiste Maudet : jusqu'à en mordre la poussière

Shangrila de Malcolm Knox : au creux des vagues

Je partirai, je pars toujours de Sylvia Rozelier : quand tout est écrit d'avance

La ballade silencieuse de Jackson C. Frank de Thomas Giraud : la musique dans la peau

L’œil soldat de Larry Tremblay : s'interroger sur la violence du monde

Mon chien stupide de John Fante : chienne de vie mordante

Le livre d'Amray de Yahia Belaskri : la poésie comme arme de liberté

À la ligne feuillets d'usine de Joseph Ponthus : au cœur de l'usine

Le mort était trop grand de Luis Miguel Rivas : danser aux milieux des morts