Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

La bouche pleine de terre suivi de La mort de M. Golouja de Branimir Šćepanović : l’homme est un loup pour l’homme

À chaque passage en librairie, je m’arrêtais devant cette couverture jaune, l’oeil attiré par ce soleil semblant brûlant et par ce titre énigmatique La bouche pleine de terre. À chaque passage en librairie, je l’ouvrais au hasard et y grappiller quelques phrases. Jusqu’au jour où, je suis enfin repartie avec bien déterminée à voir ce que cachait cette couverture et ces quelques phrases volées. 
Pourtant, ne vous fiez pas au soleil jaune sur la couverture. Ça ne brille pas tellement dans ce livre à part par la langue et l'intensité. Mais l'histoire quant à elle est bien sombre, tendue, presque dès les premiers pages.
“ il avait eu raison de céder au désir de s'enfuir dans la nuit, le plus loin possible des hommes et de tout ce qui aurait pu, ne fût-ce qu'un instant, le pousser à chercher aide ou consolation. Il voulait fuir au hasard, s'éloigner du monde jusqu'à ce qu'il fût tout à fait certain d'en être tout à fait détaché. Mais il ne cédait ni à la hai…

Derniers articles

Lundi mon amour de Guillaume Siaudeau : échappée-belle poétique, dans la lune

[Autour des livres] Vos ivresses littéraires - Sonia Sosos Books Moods and More

Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura : du fabuleux au cœur de la cruauté

Les enfants verts d’Olga Tokarczuk : au-delà de notre centre

Les fillettes de Clarisse Gorokhoff : mélodie de l’enfance

Ce pays du silence de Charles Juliet : l’incandescente recherche de son centre

[Autour des livres] Vos ivresses littéraires - Quentin du blog Eternel Transitoire

Petit bouton de nacre d'Ella Balaert : d'un bout à l'autre du monde

77 de Marin Fouqué : la rage sous la capuche

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy : et maintenant, dansez !