Petit bouton de nacre d'Ella Balaert : d'un bout à l'autre du monde

Petit bouton de nacre éditions Cours toujours
Paru aux éditions Cours toujours en mars 2018
96 pages

En voilà une jolie double découverte : celle d'une maison d'édition made in Hauts-de-France (dont j'adore le nom) fièrement attachée à son patrimoine régionale et celle d'Ella Balaert pourtant déjà auteure d'une quinzaine de romans. De quoi ouvrir les horizons... 


La nacre extrait de la coquille. Coquille pêchée dans les atolls. Envoyée à Méru en Picardie, cité de la nacre.
Un petit bouton de nacre façonnée pour l'être aimée.
Un petit bouton de nacre, cousu délicatement sur un vêtement sensuel. Arraché lors d'une nuit d'amour furtive.
Un petit bouton de nacre qu'une mère lègue à sa fille.
Trois petits boutons de nacre pour trois destins de femmes.

“ peut-on empêcher la vague de rouler au large, le vent de balayer les feuilles mortes et les filles en vie de partir, était-elle libre, était-elle folle, était-elle idiote ou rebelle, Monique, de courir pieds nus et tête percée sur le sable. ” 

1947. Elle s'appelle Hémérité. Elle est née et a vécu dans ces atolls du bout du monde. Elle a épousé Aumoé, un homme qui perd peu à peu la tête. Elle a eu un fils, Heimana, et une fille. Une fille qu'elle décidera d'appeler Monique. Monique-Mohéa. Pourquoi ce prénom si métropolitain ? Que sait-il passé la nuit où le petit bouton de nacre s'est arraché ?
1968. Monique-Mohéa devenue jeune adulte part pour Méru. Vers cet inconnu. Loin du sable fin et de l'eau transparente. Elle part. Sans un regard en arrière. Le travail à la chaîne en pleine crise syndicale régit son quotidien. Que souhaitait-t-elle découvrir si loin de chez elle ? Qu'espérait-elle ?
De sa vie là-bas, naîtra Poéma. Avant la folie. Avant de se perdre dans les abysses.
1989. Poéma, à son tour adulte, retourne sur cette terre familiale. Elle qui n'a connu que la ville, voyage vers ses origines. En quête de réponse, de souvenirs auprès d'eux. Elle qui a à peine connue sa mère. Qu'apprendra-t-elle ? Que se passera-t-il une fois rentrée ? Qu'est ce qui déclenchera ce geste un soir de 1992 au cirque Jules Verne d'Amiens ?

“ 1968, 1969, 1970
Tout change autour d'elle, dans une ronde accélérée qui l'expulse loin de tout,
loin de sa terre, de la mer, de sa mère,
loin de son temps, des robots qui remplacent les hommes et de la galatithe qui remplace la nacre,
seule
le cœur en allé, le dos courbé sur le travail d'un autre siècle. ”

Sur trois génération, avec une mélancolie infinie et une plume délicate, Ella Balaert nous dresse le portrait de trois femmes fortes et fragiles à la fois. Nous oscillons entre la chaleur du soleil, les parfums iodés de Tuamotu et le gris Picard couvert des odeurs âcres et acides des usines. Entre les désirs et les réalités trompeuses. Entre les douceurs et les discriminations. Dans un entre-deux fait de remous, de ressacs, le cœur se laisse tantôt bercé, tantôt submergé par les vagues de cette saga familiale concise, de cette quête de liberté, de réponses et d'identité.
Ella Balaert, avec des mots économisés pour aller à l'essentiel, balaye des thèmes tels l'écologie, la politique ou encore le fossé entre monde ouvrier et patronat, entre outre-mer et métropole. Le tout en dessinant des femmes et des paysages avec une poésie sensible et parfois sensuelle. Poésie portée par les élans des cœurs, des souvenirs et du temps.

Un roman tout en finesse. Comme un petit bouton de nacre.



Cours toujours en quelques mots

Maison d'édition associative créée en 2012 et basée dans l'Aisne, Cours toujours a la volonté de mettre en lumière la richesse et la singularité des Hauts-de-France. Les livres qu'ils publient donnent une large place à la photographie et aux témoignages des habitants de la région.
Vous y retrouverez aussi bien des récits, des nouvelles que des fictions parfois tiré d'un objet régional comme c'est le cas avec Petit bouton de nacre. Soyez curieux !

Commentaires

Publier un commentaire

Articles les plus consultés