Vous êtes ici de John Freeman : sillonner les routes intérieures

Vous êtes ici
Paru chez Actes Sud en janvier 2019
108 pages

Vous êtes ici est ce court recueil de poésie contemporaine (traduit de l'anglais par Pierre Ducrozet) qui nous amène à parcourir des lieux parfois lointains, mais surtout intérieurs, depuis chez nous. Une très belle découverte qui me fait dire que vraiment, je serais bien incapable de vivre sans poésie.


“ On a la rage de créer, de nommer, de redessiner le monde. C'est la rage des vivants, [...] ”

Vous êtes ici au milieu des immeubles, au cœur d'un métro où les quartiers défilent au gré des lignes sous les lumières jaunes. Mixité de l'environnement. Ici, sur des routes construites de la main de l'Homme. En lieu et place d'une nature étouffée. Vous êtes ici ou là-bas dans le tumulte des souvenirs et de l'intime gravés. Ébloui par la lumière d'un néon ou d'une explosion. Ici et là, dans l'appréciation d'un moment, d'un flash. Dans sa recherche. Pour un meilleur, pour une mémoire, ou un espoir. 

Vous êtes ici entre des rêves avortés. Désabusés. Entre la nostalgie tenace des vies envolées.
Ici, au croisement. Entre béton et ruines. Ruines de béton. Au milieu de ce qui fut un théâtre, des collines, un restaurant.

“ Je l'ai dit tant de fois,
     dans la 10e Rue, en déjeunant
dans un bar, à des yeux attendris,
que ça commençait à ressembler
     à un sujet aux infos ‒ 
mais un jour j'ai décidé
    que j'allais le raconter comme
c'était arrivé ‒
comment elle était morte de faim,
    ruminant sa souffrance,
s'accrochant, chiant, gémissant,
et que j'ai eu trop peur
    de m'asseoir à côté d'elle
toute la nuit
pour ne pas qu'elle meure toute seule. ”

En mouvement permanent, dans l'instant, dans ces fuites en arrières pour apercevoir un futur, John Freeman repousse les frontières réelles ou imaginaires pour saisir l'immédiateté d'un sentiment et d'un décor avant qu'ils ne disparaissent totalement. Il décortique ces illusions perdues dans la lumière des villes et de la mémoire. Le lieu devient dans ce recueil symbole de tout.
Des guerres, de l’amour, du collectif, de la mort, de l’injustice comme de son contraire, des allégories de liberté - flambeau de la vie. C'est douloureux, mélancolique ou nostalgique. Mais dans ces affres sombres, une étincelle surgit. Celle d'être capable de capter l'essentiel dans une société où tout bat trop vite. Celle où la tendresse se mesure parfois dans les blessures. Celle où le minime se fait absolu et où l'on écoute « le rien devenir quelque chose ».

Paysages lointains ou non, les détails sont là, partout dans la mémoire du poète, qu’il les ait vécus ou qu’il retranscrive ceux de ses proches, il nous les donne à voir et à ressentir. Il s'arrête, observe et transmet.

Vous êtes ici n’est rien de moins que dire ces lieux en nous et autour de nous. Les morceaux de nous-même éparpillés ici et là. Ce que nous avons vécu, ce que nous n'avons pas su vivre, pas su entreprendre. Le déclin, l'aube, l'enfance. Ce que nous avons perdu ou sauvé en ces lieux parcourus ou non. Ces lieux ancrés en nous, dessinant l'atlas de nos propres vies, avec nos lumières et nos trajectoires, là dans ces pages devenues poumons du monde.

“... ce soir, tout comme ailleurs, 
des milliers d'autres partagent 
aussi l'idée qu'une vie n'est pas 
seulement une vie, mais un vaisseau 
pour le sens que nous lui donnons. ”


Vous pouvez également retrouver la très belle chronique de Virginie - Les lectures du mouton

Commentaires