La force du sexe faible de Michel Onfray : la révolution française par les femmes

Paru aux éditions J'ai Lu en juin 2017
190 pages

En me plongeant dans cet essai, je sortais clairement de ma zone de confort. J’aime beaucoup Michel Onfray, en tout cas je le trouve passionnant même si je ne suis pas toujours d’accord avec certaines de ses interventions ou idées. Bref, j’avais donc hâte de découvrir ce que me réservait cet ouvrage, quel serait le point de vue de l’auteur sur ce que l’on nomme injustement le sexe faible et plus précisément sur le rôle des femmes durant la Révolution française.

“ Dans la Révolution française, les grands hommes ont été des femmes. Mais comme il n’y a pas d’histoire sans historiens qui la racontent, et que cette histoire a été écrite par des hommes, les femmes en ont été bannies, exclues, sortie. ”
Dans cet essai, Michel Onfray balaye le portrait de cinq femmes afin de nous amener à comprendre, parfois à apprendre un pan de notre Histoire lié à la révolution française. Ainsi, le lecteur découvre Olympe de Gouges, Manon Roland, Charlotte Conday, Théroigne de Méricourt et Germaine de Staël.
Cinq femmes mises à l’honneur et qui ont pris part au combat des idées, des idéaux, parfois avec une arme, pour tenter de changer les mentalités, d’apporter une nouvelle vision de la construction sociétale et politique, d’apporter une égalité et une liberté aux femmes mais surtout de mettre fin à ce que l’on appelle la Terreur. 
“ Toutes incarnent la force de ce sexe qu’on dit faible. Elles montrent que le destin d’une femme n’est pas dans le fait d’être épouse et mère de famille, mais qu’elles peuvent être grandes dans la réflexion et dans l’initiative. Ignorant la testostérone qui conduit l’humanité quand elle est faite par les hommes, les femmes n’ont pas besoin de faire couler le sang des autres pour exister. En ce sens, quand il ne leur vient pas à l’idée de singer les hommes, elles sont un degré au-dessus de l’humanité qu’eux. ”
C’est donc avec beaucoup d’intérêt qu’on se concentre sur cet ouvrage passionnant qui nous force à voir la Révolution différemment, la Révolution telle qu’on ne l’étudie pas toujours. On pourrait craindre un essai fastidieux et pourtant il n’en est rien. Onfray, captivant, nous replace et nous retrace les faits avec précision et explication. 
Néanmoins, je reste un peu amère à la sortie de cette lecture. J’ai eu la sensation qu’à chaque propos où la femme était mise à l’honneur, Onfray finissait par donner lieu à une critique, certes fondée, de la pensée et des agissement de ces hommes de la Terreur (et surtout Robespierre). Bien sûr ce n’est pas un essai sur le féminisme, bien sûr il faut s’appuyer sur des références pour mettre en lumière ces femmes de l’ombre mais tout de même, un peu moins de critiques ouvertes pour révéler la beauté des combats menés n’auraient rien enlevé à l’intérêt des propos étayés. 
Plus encore, dans son clap de fin ce pan de l’Histoire devient une transition pour créer le parallèle avec la politique, le communisme et la gauche des XXe et XXIe siècle. On pourrait donc se demander si finalement La force du sexe faible n’est pas un prétexte pour lancer un manifeste. Monsieur Onfray tenterait-il un appel à la révolution ? 
En tout cas, que l’on soit d’accord ou non avec sa vision, il a le mérite d’aller au bout de son idée avec une argumentation étoffée qui pourrait bien nous laisser cois.  

Commentaires

  1. Je trouve que Michel Onfray a un style qui donne envie de le lire, qu'on soit d'accord ou non avec ses idées. C'est dommage qu'il fasse le parallèle à chaque fois avec Robespierre, ça fait perdre un peu de l'intérêt de cet ouvrage qui semble être de mettre en avant des femmes peu connues. La transition avec la gauche du XX siècle m'intrigue, j'aimerais bien savoir ce qu'il en pense ! Je vais voir si je peux le trouver à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec toi sur le personnage. Et pour le coup j'ai trouvé dommage que toutes ces femmes soient mises en lumière l'étaient à travers le prisme des hommes.
      Si jamais tu ne le trouve pas dis-le moi on s'arrangera :)

      Supprimer
  2. Je n'ai encore jamais lu du Michel Onfray mais ton avis donne envie. La cause des femmes me concerne énormément et surtout s'il fait voir la révolution sous un autre point de vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors fonce il devrait t'intéresser :) j'espère juste que l'aspect qui m'a dérangé sera plus nuancé pour toi.

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais lu cet auteur. Le sujet de cet essai m'intéresse mais tes réserves me refroidissent un peu. On verra bien si je me décide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une première aussi. Habituellement, je l'écoute lors de ses passages télévisés ou à la radio. Effectivement, peut-être plutôt l'emprunter à la bibliothèque dans ce cas, même si encore une fois le sujet principal est très intéressant mais pas entier selon moi.

      Supprimer
  4. J'ai personnellement beaucoup de mal avec les essais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas non plus ma tasse de thé, j'ai toujours peur de rien comprendre haha mais là c'était Onfray et j'avais vraiment envie de le lire plutôt que de me "contenter" de l'écouter.

      Supprimer
  5. Alors pour le coup, en voilà un qui ne me tente pas du tout !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire