[Autour des livres] Ces livres à mettre sous le sapin - Noël 2018

Sélection littéraire

Vous sentez le froid qui vous gèle le nez, l'odeur du pain d'épice, du vin chaud, des marrons grillés. Vous entendez les musiques de la grand roue. Vous remontez les décorations de Noël, surchargez le sapin de multiples guirlandes. Vous réfléchissez au menu, la liste de course, la préparation du foie gras. Bref ça sent Noël mais, et les cadeaux dans tout ça ?
Comme l'an dernier, avec quelques blogueurs choisis sur C.V. et lettre de motivation (oui bon, surtout pas mal d'affinités) nous vous avons préparé une sélection pour petits et grands enfants !  


✶ Ma sélection 

Ásta de Jón Kalman Stefánsson
Asta grasset
Il est mon coup de foudre du mois d'août. Il est ce roman des grandes étendues et des vies ordinaires qui renferment à la fois le tout et le vide. L'Homme. À travers l'histoire d'Ásta et de sa famille, Jón Kalman Stefánsson nous offre un extraordinaire voyage au cœur des fjords et de nous-même, interrogeant tour à tour sur l'amour, l'errance, le sens de la vie, l'enfance, les regrets, le corps. Un roman porté par une plume poétique à nous couper le souffle, une puissance de la langue comme j'en ai rarement lu et c'est aussi grâce à l'incroyable travail d'Eric Boury, son traducteur.  


Inauguration de l'ennui de Guillaume Siaudeau

inauguration de l'ennui
Laissez tomber les éphémérides aux citations ou pensées bateaux, voilà le cadeau idéal pour mettre du baume au cœur aux convives.
Une poésie délicate, courte, qui vous souffle un vent de mélancolie, d'humour. Guillaume Siaudeau déroule le quotidien, doucement, comme on s'étire au matin. Observe l'ennui qui nous remplit, la ville qui bouillonne, la nature qui nous entoure. On aurait envie d'inscrire chacun de ces poèmes sur des post-it que l'on afficherait ici et là pour chaque matin, découvrir une nouvelle déclaration. À la vie, à l'amour, aux rêves. 


Pour le troisième conseil, j'ai longuement hésité. Des nouvelles ou un "classique" ? Dans tous les cas un bel objet. Et puis finalement j'ai tranché, ce sera un "classique". Parce que je n'avais jamais lu l'auteur avant l'an dernier (je ne peux pas être parfaite !), qu'il m'a été vivement conseillé par une personne que j'apprécie énormément et qui s'est révélé être un immense boum au cœur. Si bien que je n'en ai jamais parlé. Jamais trouvé les mots. Mais il est trop important pour passer à côté.

Clair de femme de Romain Gary
Clair de femme

En sortant d'un taxi, Michel bouscule Lydia. C'est ainsi que tout démarre entre eux. Entre ces deux êtres que la vie n'épargne pas. L'un est en train de perdre sa femme, mourante, l'autre est ancrée dans un deuil infini. Le temps d'une nuit, ils vont tenter de rester debout malgré leurs différences, s'apprivoiser, s'aimer peut-être aussi, et aider ceux qu'ils croiseront dans leur errance.
Ce roman, ce grand roman, m'a coupé le souffle par sa poésie et sa justesse. Je n'aurais pu rêver mieux pour démarrer Gary. Il parvient à célébrer l'amour et la vie, la beauté de l'éphémère. La possibilité d'un possible. Une sorte de désespoir heureux. Et c'est éblouissant !  



✶ La sélection de Charlotte (Loupbouquin) 

J’ai longtemps hésité quant aux 3 livres de mon choix pour Noël.
Il y en aurait tellement. Puis je me suis dit choisis un livre qui t’a changée, choisis-en un autre qui t’a appris, puis encore un autre qui t’as émue, fait rire autant qu’il t’a empoigné le cœur.

Celui qui m’a changée 

Poésies complètes de Rimbaud.

Poésies complètes
Mon premier recueil de poésie. J’aurais pu vous parler d’Apollinaire ou encore de Baudelaire que j’ai tant trimballé. Mais Rimbaud a signé mes premières transgressions de très jeune fille. Parce que malgré la beauté des textes, j’y ai découvert que l’on pouvait écrire la magnificence et l’amour avec des textes qui nous parlent de dépravés et de chiure dans des fulgurances qui me donnent encore des frissons.
J’y ai aussi découvert ce texte que j’ai longtemps gardé comme un secret : Les Sonnets du Trou du cul, composé par Rimbaud et Verlaine. Du génie, de la drôlerie qui envoie valser toute convenance. À partager entre la dinde et le fromage…c’est parfait non ? ;)


Celui qui m’a appris


L'embaumeurCe livre est fabuleux ! Un bijou de maîtrise des belles lettres du XVIIIème siècle en étant terriblement contemporain. On y suit le procès de Victor Renard. Il reviendra sur les faits marquants de sa vie pour expliquer l’inavouable. Victordu ! Victorniol !
Né avec une difformité et martyrisé tout au long de son enfance il devient un jour embaumeur et fera fortune au lendemain de la Révolution. Vous y découvrirez la puanteur des rues de Paris, le sang et la violence des mœurs de l’époque mais surtout le trafic d’organes et les secrets des plus grands peintres ! Grâce à ce livre, jamais plus je ne regarderai une peinture de cette époque du même œil. Et oui…certains tableaux ont été peints avec le sang des cœurs des rois !


Celui qui m’a fait rire tout autant qu’il m’a émue 


Tout cela n'a rien à voir avec moi
Un livre qui revient sur les restes de nos chagrins d’amour en nous embarquant dans une véritable autopsie de l’aveuglement amoureux, photos à l’appui !
L’auteur l’illustre au travers du Titanic, en retraçant ces signes avant-coureur du naufrage amoureux. MS nous livre ses troubles du comportement, ses pulsions cleptomanes et nous offre son panthéon fétichiste des objets volés à XX.
Elle reconstitue pour nous ses échanges SMS avec XX, en passant par des échanges épistolaires avec un auteur mort sans savoir qu’il l’est.
Contre le mal d’amour ? Euphytose bien sûr !



✶ La sélection de Vincent (Le petit poucet des mots) 

Une Longue impatience de Gaëlle Josse 

Une longue impatienceMoi, quand l’hiver vient, j’ai besoin d’un thé, d’un plaid et d’une écriture dans laquelle m’enrouler pour me tenir chaud. Le dernier roman de Gaëlle Josse est de ceux-là. Avec elle, ça marche à tous les coups. À voix haute, en silence, on peut la lire à toutes les sauces, ça fonctionne toujours et ça devrait même être remboursé par la Sécu franchement. L’histoire sublime et silencieuse d’une mère qui attend son fils lequel a pris la mer pour échapper à une vie dont il ne voulait pas. Une ode à l’attente, à l’immobilité et à l’amour maternel. Parce qu’offrir Gaëlle Josse c’est offrir un monde à portée de cœur.


Je, Tu, Elle d'Adeline Fleury

je tu elleAh j’espère que je te le pique celui-là Amandine ! (oui j'ai laissé cette phrase, pour que tout le monde sache à quel point tu rends mes journées infernales... Mais sinon, oui un grand oui, je confirme ce choix !)

Mettons un peu de peps et de s… dans votre Noël !
Et quoi de mieux que cet étonnant, presque polar psychologique, autour de la passion amoureuse. La vraie. La seule. Celle qui rend malade et presque folle, la narratrice, Je, folle de Tu, dont elle ne peut pas se passer une seconde.
C’est franc et direct, sensuelle et charnelle à l’extrême ces plus de 250 pages torrides et violentes, maîtrisées et parfaitement menées. Incandescent et troublant. Ça risque de hérisser un peu la permanente de Mamie mais pour votre cousine de trente-cinq ans ce sera parfait !


La névrose de Vincent (c'est cadeau !)
Einstein, Le Sexe, c’est Simple de Julie Liron 

Parce qu’au fond ces deux petits bijoux que sont Simple de Julie Estève & Einstein le sexe et moi d’Olivier Liron, se rapprochent pour presque s’épouser dans mon esprit. Le regard sur la différence, l’intolérance, notre incapacité à accepter ce qui sort de la norme, des histoires de vieilles douleurs, de rejets. Ces regards obliques de l’autre. D’un côté, le crétin, touchant à tomber, d’un village corse. De l’autre, l’histoire épatante et terrible d’Olivier, champion hors norme à Questions pour un champion. Parce que quand tout s’acharne, il reste toujours la beauté d’une écriture, celle de Julie Estève, et la beauté d’une philosophie de vie, celle d’Olivier Liron. Du rire, de l’émotion, de l’empathie. Ce que peut la littérature en fait.

Simple éditions stockEinstein le sexe et moi


✶ La sélection de Camille (Au milieu des Livres

À travers de Tom Haugomat
A travers album

Vous lirez cet album comme un invité surprise, comme un voyeur innocent pour y découvrir la vie d’un homme, faite de grandes joies et d’insolentes défaites. Deux pages, face à face. Sur l’une, on l’observe. Sur l’autre, on voit ce qu’il contemple. Jeu de cadres, valse des regards, avalanche de points de vue... À travers ces illustrations, c’est toute une existence qui se dessine en silence, c’est un rêve qui se réalise, et ce sont des émotions qui surgissent, en nous persuadant admirablement bien qu’elles peuvent aisément se passer de mots.


Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame (et on opte pour l'édition limitée, c'est Noël quand même !)

Le vent dans les saulesUn roman qui a la douceur de sa couverture puisque les éditions Libretto s’offrent un écrin en simili cuir qui se marie à merveille à toute la magie de ce grand classique de la littérature britannique. Parce que les fêtes de fin d’année nous renvoient irrémédiablement à l’enfance, suivez ce petit chemin à l’orée du Bois Sauvage pour retrouver les aventures rocambolesques des fantasques messieurs Taupe, Crapaud, Rat et Blaireau. Et si l’envie de prolonger ce moment en compagnie des héros se fait sentir, plongez sans attendre dans l’univers de l’immense Michel Plessix qui a su s’emparer de cette histoire pour le 9e Art comme peu d’artistes auraient su le faire…


Animabilis de Thierry Murat

Animabilis
Parce qu’un Noël sans bulles dans les coupes ni au pied du sapin n’aurait pas la même saveur, glissez donc sous les branches et les épines le dernier album de Thierry Murat. Ses mots dévoilent une plume qui épouse la beauté des ambiances du XIXe et l’on laisse aisément le réel nous échapper pour céder à la tentation du fantastique, des croyances ancestrales et à la magie des sorcières d’un autre temps. Malgré le sombre et l’obscurité qui règnent, la lumière n’est jamais loin et l’érotisme et le verbe y sont flamboyants. Et lorsque la couleur jaillit, elle a le goût du sang, l’odeur des fleurs discrètes et l’éclat d’un feu que l’on attise.


✶ La sélection de Sabine (Le blog du Petit carré jaune) 

Avant de vous laisser découvrir la sélection de Sabine, je tiens à préciser que ce ne fut pas simple, parce que Sabine est toujours enjouée et derrière ses mots du cœur, il y a un cœur rebelle qui m'a transmis une "petite" liste, sauf que lorsqu'on lit Sabine on a juste envie de tout mettre ! Alors espérons que mes choix de ses choix vous plairont.

Laissez-moi de Marcelle Sauvageot 
Un choix que j'approuve très fort !
Laissez-moi

« Laissez-moi », ce « laissez-moi » qui ronge le corps de l’auteur lorsque l’amour s’en va et la maladie arrive. Ce « Laissez-moi » qui fait prendre la distance pour ne plus être touchée de nouveau par l’affection, se donner le droit de lutter seule, de guérir seule, de tenter de se trouver un baume de silence, de repli qui donne le droit de revenir vers l’être aimé, l’être ami lorsque les maux s’éloignent. La perte des illusions. L'amour à jamais.


Comme un lundi de Thomas Vinau 
Comme un lundi(là aussi j'approuve très très fort)

Thomas Vinau nous invite à entendre le bruit de la course, à ralentir notre pas, entrevoir le passage secret, faire fi de la brume qui s’abat sur nos lunettes, le froid et la buée. Avec lui nous ressentons le vivant, en prenons conscience, la beauté du futile, du précieux, du beau, du rare. Et n’est ce pas le propre du poète, de celui qui d’un mot nous transforme, nous transperce, nous assoit durant une lecture sur le bord du temps sans que jamais nous n’ayons envie de faire autre chose que de prendre, perdre ce temps, de ne pas se soucier de savoir si cela sera « comme une lundi » ou si au contraire en regardant ce jour comme un dimanche.


Milly Vodović de Nastasia Rugani (à partir de 15 ans)

Mily Vodovic
Ce roman, c’est la rage de mordre, de vivre, de comprendre, de ne pas se cramponner aux rêves mais d’en faire des projets immenses, de désenvouter ces drames familiaux dans lesquelles on baigne, le mystère, un mystère qui jamais ne se nomme mais fait grandir, ressurgir les bêtes, la bête, celle qui mange le cœur, les cœurs.
Nastasia Rugani écrit comme elle décrit une beauté sauvage et primaire, bestiale. C’est incroyable, ce quelque chose que l’on ne comprend pas et qui nous aspire, nous chancelle, nous transperce, nous ensorcelle.


Et parce que je suis faible... (je vous l'avais dit, j'ai envie de tout mettre !) 

Journal pauvre de Frédérique Germanaud 

Journal pauvreComment dire que ce journal d’une année est d‘une beauté et d’une vérité absolues, qu’il retrace un parcours, un chemin loin de toutes balises et autoroutes, qu’il est d’une écriture sur l’écriture, l’écrit sublime… Ce journal est ce qui se lit dans le silence du brouhaha qui nous entoure, nous fait « pauser » le temps et les questionnements sur un monde qui fout le camp. Il est une intimité intime qui nous prend et nous donne à notre tour envie, cette envie de faire un pas de côté, d’être pauvre de tout mais riche de rien…



✶ La sélection de Quentin (Éternel transitoire) 

Casse-gueule de Clarisse Gorokhoff

casse gueule roman
Des mots comme des funambules, lourds de tension et d’angoisses mais qui maintiennent avec une habileté chirurgicale le récit. Gorokhoff joue avec la ponctuation, avec les rythmes. Elle décortique la phrase, la rend tour à tour charnelle et décharnée. Une langue sculptée dans l’ivresse des sens, dans un esthétisme pur, dans l’impulsion des harmonies. Et puis l’histoire, simple, fracassante : un beau soir, à Paris, Ava se retrouve défigurée. Par qui ? Elle cherche à le savoir. Mais non pour se venger. Pourquoi alors ? Casse-gueule est une errance dans la capitale, entre cynisme et réflexions sur la beauté.


Elsa mon amour de Simonetta Greggio
Elsa mon amour
Ce livre n’est pas une biographie sur la romancière italienne Elsa Morante. C’est bien plus que cela.
C’est un portrait qui capte toute l’intimité en mouvement, dans ses failles, ses inconstances, ses rêves. Au travers des yeux et de la sensibilité d’Elsa Morante, nous voyons se déployer son Italie, sa carrière, mais aussi les personnes qui ont compté pour elle. L’écriture de Simonetta Greggio est une merveille de subtilité et arrive à convoquer odeurs, souvenirs, amours et bonheurs d’un instant. 


Délivrez-vous de Paul Vacca

Délivrez vous éditions de l'observatoire
Délivrez-vous est l’un des plus beaux hommages aux livres ! Véritable déclaration d’amour à la lecture et surtout aux livres papier, cet essai de Paul Vacca n’est en rien démonstratif et rébarbatif, il est vivant et passionné ! En 10 petits chapitres, il revient sur la lecture à l’ère numérique, sur sa survivance, sa pertinence et surtout sur le goût de lire ! Pour être plus que jamais « un lecteur enflammé » ! 




Petit bonus que je ne résiste pas de vous partager : 

Le choix commun de Camille et Quentin 

Les Ronces de Cécile Coulon – Prix Révélation poésie de la SGDL 2018

Les ronces


Pour Camille 
Et si l’on découvrait au cœur de décembre que le houx avait quelque chose de surfait ? Que les couronnes vertes tachetées de rouge cèdent donc leur place à ce sublime bouquet de ronces… Parce que les mots de Cécile Coulon sont de ceux qui griffent, grattent et piquent là où le cœur palpite et suffoque. Parce qu’il est toujours beau de trouver, sous le papier froissé, la poésie qui manque toujours un peu à nos vies.

Pour Quentin 
Les ronces c’est une poésie très narrative, et c’est ce qui donne de la force et de la vitalité à ces instants glanés au quotidien. On ne trouve pas chez Cécile Coulon de longs lamentos ou de longues descriptions. Ce sont bien de longs poèmes, mais qui se déroulent comme des fragments d’histoire, ouvrant sur d’autres perspectives, d’autres questionnements. Nous ne sommes en aucun cas face à des poèmes romancés, ni des narrations poétiques ; c’est un basculement entre les deux. Et c’est avec délectation que nous basculons tout entier.

Vous savez ce qu'il vous reste à faire... Trois, deux, un... À vos librairies !

Commentaires

  1. Mais quelle sélection ! Vous pouvez dire au Père Noël que je les veux tous (sauf les déjà lus bien sûr !) Merci.
    La Semeuse de Livres

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien, tout cela ne va pas arranger ma PAL !!!
    J'aime beaucoup la façon dont Charlotte présente celui que nous connaissons pourtant tous, Rimbaud. Elle donne envie d'y retourner !
    Et j'avais déjà repéré l'essai de Paul Vacca. Un petit rappel ne fait jamais de mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le talent de Charlotte ! J'ai eu la même envie à la lecture de ce choix.
      Quant à la PAL... si ça peut te rassurer, ça n'arrange pas la mienne non plus ahah !

      Supprimer
  3. Eh bien, y a de quoi se régaler, merci ;)

    RépondreSupprimer
  4. c'est toujours une très belle idée! Sauf que je n'ai rien lu à part le Josse… ça ferait beaucoup sous le sapin! Merci pour ces suggestions!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés