Atelier d'écriture #275 de Bric à Book | Vie de quartier

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)

© Romaric Cazaux

Ici tout le monde sait où je vis. Trente ans que j’habite au rez-de-chaussée de la rue des poussins dans une station balnéaire qui voit sa population doublée l’été. Mais la période que je préfère c’est quand ils n’ont pas encore débarqué. Je vis là, à côté de cette petite boutique moche à souhait de vêtements cousus dans d’espèces de vieilles nappes. Paraît que ce sont des fripes de bonne qualité. Si ça leur plaît d’y croire et puis ma foi si ça se vend ! Je me cache bien de dire ce que je pense de son commerce à Madame Turche. C’est peut-être la seule que j’aime bien dans ce quartier. Quand y’a pas un chien qui traîne, elle s’assoit là sur le banc et on discute elle et moi. 

Nos sujets favoris ce sont les autres. Faut dire que de ma fenêtre j’ai vu sur tout ce qui se passe. J’en connais tellement sur les voisins qu'ils pourraient vite devenir zinzins. Ah ça faut pas trop me chercher parce que ma petite maison c’est pire qu’un mirador. Avec moi, les murs ont des oreilles. D’ailleurs vous connaissez la dernière ? Le petit blondinet de l’immeuble d’en face, avec son visage de poupon et son petit polo sur les épaules version E.M. en vacances. Vous voyez ? Bon et bien il a proposé à la fleuriste du bout de la rue de passer chez lui. Pour venir voir sa tige … Y’a eu litige sur la proposition … J’aurai dû immortaliser la gifle qu’il s’est prise. C’était à se bidonner. 
Et puis Monique, qui habite au-dessus de la boulangerie, elle a encore touchée le pactole. Son quatrième mari est mort hier. Faudrait vraiment qu’elle pense à arrêter de cuisiner, les pauvres ils tiennent pas le choc ! Moi c’est bien simple quand elle me propose un petit gâteau, je lui dis que c’est gentil mais quand même faut que je fasse gaffe à mon cholestérol. 
Ma sortie de la semaine c’est le dimanche, je vais boire mon petit café en face de l’église. C’est là que j’ai vu que la petite institutrice s’était fait gonfler la poitrine. Et elle n’y est pas aller de main morte. Ah croyez-moi j’ai l’œil pour ça. La petite place du quartier c’est un chouette endroit aussi pour me nourrir. De là je ne vous raconte même pas tout ce que j’entends. C’est à croire que la sortie de la messe ça donne envie de se confesser. 

Non vraiment pour rien au monde je changerais de quartier. Ici tout le monde m’aime bien. S’ils savaient ! Moi ça me fais bien marrer. 
On occupe son temps comme on peut, la vie est tellement morose parfois qu'il faut bien l’égayer un peu…


**Toutes ressemblances avec un(e) voisin(e) de votre quartier est purement fortuite** 




© Amandine - L'ivresse littéraire

Commentaires

  1. "Son polo sur les épaules version EM en vacances" Lol

    RépondreSupprimer
  2. hahaha ! j'ai adoré L'ivresse et en effet je reconnais une de mes voisines dans ce portrait ! en même temps, ça fait gardien d'immeuble ! bravo ! tu excelles dans le texte humoristique ! Nady

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nady, ravie qu'il te plaise. J'en ai une dans le même genre aussi de voisine ... mais plutôt dans le genre casse-pieds. Que lui il est plutôt sympathique :-)

      Supprimer
  3. On dirait mon village, croqué en quelques lignes! Bravo!

    RépondreSupprimer
  4. Qu'est-ce que j'ai ri !!! C'est presque dangereux d'avoir un voisin pareil !

    RépondreSupprimer
  5. https://josplume.wordpress.com/12 septembre 2017 à 07:24

    Il est un peu plus de 7 h du matin et le moins que je puisse dire c'est que la journée commence bien avec ce texte rempli d'humour ! Josplume

    RépondreSupprimer
  6. Ah ah j'ai bien ri !
    C'est bien croqué, et bien vu la phrase de fin ! :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire