Pipi, les dents et au lit de Laetitia Cuvelier : une vie pas si rose mais pas si morose

Pipi, les dents et au lit
Paru aux éditions Cheyne en 2015
112 pages

On resterait bien sous la couette, prétextant la neige (qui ne tient pas mais qu’importe) pour lire et relire ce recueil d’une simplicité touchante et troublante. A la réflexion, je me demande si ce n'est pas ce que je préfère, la simplicité. Les mots dans leur plus simple appareil. Sans renflement. Droit au but. Droit au cœur. 


“ Tu m’as montré l’étoile du berger
Ta préférée
J’ai fermé les volets
Tu m’as dit
C’était bien la vie aujourd’hui
Et j’ai embrassé tes paupières
Et tes cils. ”

Pipi, les dents et au lit, c’est cette phrase que l’on prononce à nos enfants, que l’on a entendu durant des années quand nous étions nous aussi enfants.
Pipi, les dents et au lit, c’est cette femme, toi, vous, elle. Cette mère qui fatigue, qui trébuche. Qui reste droite et forte alors que les larmes débordent parfois des yeux. Quand ça ne fonctionne pas comme elle le voudrait. Quand ça se bouscule dans sa tête, son corps, son cœur. Quand la routine prend le pas sur la passion. Quand dans le lit, au lieu de se serrer, se réchauffer, les dos se font face. Quand un Elle entre dans la danse.

Pipi, les dents et au lit, c’est l’amour qu’elle leur porte, ses petites têtes blondes, qui virevoltent autour d’elle. Les jouets, les bisous, les dessins, les cauchemars. Les larmes au bord des yeux quand dans un murmure l’un des deux lui prononce des mots à faire fondre son cœur.
C’est l’amour qui broie quand ils sont absents, quand le travail entrave. Quand son fils lui dit qu’un jour, il partira. C’est l’amour qui bat dans les silences. Dans les mots qui manquent, qui empêchent. L’amour d’une femme à un homme. Son homme. Dont elle aimerait parfois entendre davantage le son de sa voix. L’amour d’une vie de couple qui oscille entre tendresse et conflits, passion et désaccords, cris de jouissance et cris muets.

“ Saleté de viesDe sacs de linge saleRemplis à ras bordDe larmes ravalées de cris étouffésDe couteaux qui transpercentLe coeur et le corpsDe mes amisDe malentendusSaleté de viesDe séparationsD’abandons de trahisonsA répétitionSaleté de viesDe bruits de bombesTout là-bas à GazaSaleté de viesPourries gâtéesEt désespérées Saleté de viesEt toi la neige,Veux-tu te taire ? ”

Pipi, les dents et au lit, c’est les petits ou grands bonheurs qui se mêlent aux malheurs. C’est la nature qui varie comme les humeurs. La neige derrière la fenêtre. La marée qui monte en elle. Dans le cœur et submerge. Marée haute d’un quotidien. Qu’elle embrasse. Qu’elle voudrait rejeter, parfois. C’est les étoiles filantes, les étoiles qui filent, les soleils qui se cachent ou qui brillent. La douceur des caresses. La terre qui tremble. Comme la peau, le corps. Qui souffre, qui souffle. Fragile, sensible. C’est les attentes et les absences, les désirs et les rejets, les sourires et les peines qui explosent en mots. En verbes. En vers.

Pipi, les dents et au lit, c’est Laetitia Cuvelier qui vous cueille au hasard d’un quotidien, se déploie en une petite musique qui résonne de plus en plus fort. Un recueil aux couleurs et aux mots acidulés, universels, qui dit par la simplicité la complexité de la vie. Une vie pas si rose. Mais pas si morose.

“ De l’autre côté de la routeLes pizzas dans les assiettesDe ce coupleQui ne se regarde pasDe notre côté de la routeNos assiettesEt nos regardsVides. ”

Un grand merci à celle qui me l'a offert et qui se reconnaîtra.

Pipi, les dents et au lit de Laetitia Cuvelier
Paru aux éditions Cheyne en 2015 

Commentaires

  1. Je me suis demandé en voyant le titre si tu te mettais à la littérature jeunesse :-)

    Ce n'est pas du tout ça en fait ! J'aime ces petits instants racontés sous formes de poèmes, vrais et sensibles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé non y a encore des progrès à faire pour me mettre à la jeunesse ahah

      Supprimer
    2. Oh et pourtant la littérature jeunesse produit quelques pépites ��

      Supprimer
    3. Alors ça je n'en doute absolument pas ! :)

      Supprimer
  2. Pareil que Fanny ! Du coup, ça m'intrigue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé ça me plaît ça ! Sabine (le petit carré jaune) en avait superbement bien parlé aussi

      Supprimer
  3. Il pourrait bien me plaire celui-ci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement derrière son apparente simplicité il fait mouche

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés